Tag Archives: minga et la cuillere cassee

FESTIVAL : 12 prix pour le Cameroun à la cérémonie de clôture des Ecrans Noirs 2018

rebel-pilgrim-ceremonie-cloture-ecrans-noirs-2018-lefilmcamerounais-1

Le Festival Ecrans Noirs s’est achevé en grande pompe pour le Cameroun ce vendredi 20 juillet. À l’issue de la cérémonie de clôture, les films et Cinéastes du 237 land ont remporté au total 12 prix. Retour sur l’évènement.

Le marché du film d’Afrique centrale a pris fin hier soir après 7 jours de colloques, de formations, hommages, du concours Miss Ecrans Noirs et de compétitions de films. Lors de la cérémonie de clôture au Palais des Congrès, le Cameroun, qui a remporté au total 12 prix, dont 8 Écrans, 2 mentions spéciales et 2 autres distinctions, était particulièrement représenté.

ouverture-ecrans-noirs-2018-lefilmcamerounais-5

Les Écrans Noirs

« Rebel Pilgrim » de Paul Samba et Chinepoh Cosson a remporté l’Écran du film Camerounais. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, l’Ecran du Long-métrage Afrique Centrale leur a également été décerné. Et puisque il n’ y a jamais deux sans trois, Azah Melvin a obtenu l’Ecran de la Meilleure Actrice Camerounaise pour son rôle dans… « Rebel Pilgrim »

Anurin Nwunembom a été sacré Meilleur Acteur Camerounais pour sa performance dans « Ward Zee » de Delphine Itambi, tandis que « Un Baiser Pour Deux » de Dante Fox a décroché l’Ecran du Court-métrage Camerounais. Et « SAMBA » d’Enah Johnscott a de son côté remporté l’Ecran de la Série du Festival Ecrans Noirs.

Les jurys des catégories à l’international ont attribué l’Ecran du Documentaire Afrique Centrale à « Ntarabana » de Woukoache François. Celui de l’Ecran du Court-métrage International a été décerné à « SPECIMEN » de Fab Manga, pour un total de 8 Écrans aux films et cinéastes camerounais lors de cette 22ème édition du festival.

Les mentions spéciales

Deux long-métrages camerounais ont respectivement aussi obtenu une mention spéciale lors de la cérémonie de clôture au Palais des Congrès de Yaoundé. Il s’agit du film « TENACITY » de Musing Derick et de « Minga et la cuillère cassée » de Claye Edou.

Autres distinctions

Enfin, dans la catégorie « autres distinctions » décernée à une oeuvre et / ou ressortissant d’origine camerounaise, il y a le prix « 10 jours pour 1 film », attribué à « Hassan », de Bih Amber Esther par le Goethe-Institut Kamerun, en collaboration avec Le Festival Ecrans Noirs.

De plus, il y a le concours Miss Écrans Noirs. Bassek Ba Kobhio, Délégué Général du festival, a couronné en personne la gagnante Marie Yolande. Regardez les candidates défiler dans la vidéo ci-dessous.

La cérémonie de clôture du Festival Écrans Noirs 2018 hier soir s’est donc achevée sur une excellente note pour le Cinéma camerounais. Espérons que ça dure…

M.N

Pour suivre l’intégralité de la cérémonie de clôture en vidéo, cliquez ici.

Advertisements

À L’AFFICHE : “Minga et la cuillère cassée” ou l’aventure du Cinéma d’animation camerounais

cinema-d'animation-lefilmcmerounais-1
© Picture from Claye Edou Facebook Account

“Minga et la cuillère cassée” aux festivals Cinémas d’Afrique de Lausanne et Écrans Noirs, et depuis peu dans les réseaux CanalOlympia. Une belle reconnaissance du potentiel du Cinéma d’animation camerounais. 

L’aventure de “Minga et la cuillère cassée” (2017) continue. Après le Festival du Cinéma d’Animation de Meknès (FICAM), Vues d’Afrique, le festival du Film d’Animation d’Abidjan (FFAA), le festival Cinémas d’Afrique de Lausanne, le film a été sélectionné à la 22 ème édition du Festival Écrans Noirs et fait partie depuis peu de la programmation du réseau  CanalOlympia. Une excellente nouvelle pour Claye Edou, son réalisateur, et pour l’industrie de l’animation au Cameroun. 

cinema-danimation-lefilmcamerounais-4.png
© Picture from Claye Edou Facebook Account

Adaptation libre sous forme de comédie musicale de “Les Contes du Cameroun” de Charles Binam Bikoi et Emmanuel Soundjock paru dans les années 70, le long-métrage raconte l’histoire de Minga, une orpheline chassée de la maison par sa belle-mère pour avoir cassé une cuillère. Minga entame alors une série d’aventures où se mêlent animaux sauvages et prince charmant. Le tout sous fond de décor pré-colonial et ponctué d’expressions en langues locales. 

L’aventure de “Minga et la cuillère cassée” est aussi celle du cinéma d’animation camerounais. Une industrie encore peu développée au 237 Land. Rares sont les studios d’animation comme Cledley Productions, fondé par Claye Edou, malgré l’intérêt croissant des jeunes vers ce genre cinématographique. 

Un genre qui a déjà été investi dans le passé. En 2015, Daniel Kwama a réalisé “Turbulences”, une allégorie en 3D de plus d’1h50 sur l’émigration clandestine. Le film raconte l’histoire d’un chasseur propulsé dans une planète étrange et qui finit par décider d’émigrer pour s’en sortir. 

La sélection de “Minga et la cuillère cassée” aux festivals Cinémas d’Afrique de Lausanne et Écrans noirs, ainsi que sa programmation dans tout le réseau CanalOlympia sont de bonnes nouvelles. Une agréable aventure que LFC espère, servira à toute l’industrie du Cinéma d’animation camerounais. 

M.N.