Tag Archives: cameroun

ECRANS NOIRS 2019 : LES PRODUCTIONS CAMEROUNAISES EN COMPÉTITION – liste définitive

longs-metrages-camerounais-ecrans-noirs-2019-lefilmcamerounaisLa liste modifiée (dernière version) des nommés aux Ecrans Noirs 2019 est enfin connue. Lors de cette 23 ème édition du festival qui se déroulera du 13 au 20 juillet, le Cameroun y est représenté 39 fois, pour un total de 36 productions. Petit état des lieux des productions camerounaises en compétition.

Trente-six productions pour un total de 39 nominations. Comparée à la première sélection annoncée par les organisateurs d’Ecrans Noirs, moins de productions camerounaises demeurent en compétition. Comme lors de la précédente édition, elles sont pourtant encore bien représentées lors de ce festival Ecrans Noirs 2019. Et c’est évidemment sans surprise dans les catégories courts-métrages, longs-métrages et documentaires camerounais que l’on retrouve le plus gros du bataillon 237 land, et le plus de modifications.

courts-metrages-camerounais-ecrans-noirs-2019-lefilmcamerounais
“Le Palmier de la discorde” a été retiré de la sélection officielle.

C’est un des changements majeurs. Entre la première sélection des Ecrans Noirs et la seconde, le nombre de films en compétition dans la catégorie courts-métrages camerounais est passé de 12 à 9. Cependant, le nombre  de films reste en hausse par rapport à l’année dernière (9 en 2019 contre 7 l’année dernière).

courts-metrages-internationaux-ecrans-noirs-2019-lefilmcamerounais

Initialement nommés dans cette catégorie courts métrages camerounais, Angles de Lea Malle Frank Thierry et La Marche de Calvin Yadia en seront retirés, mais restent dans la catégorie courts-métrages Afrique Centrale, avec Requiem Prologue de Cyrielle Raingou. Les deux derniers courts-métrages ont aussi été sélectionnés dans la catégorie court-métrages internationaux. Le Palmier de la discorde de Charles Soh Tacha a aussi fait les frais des modifications dans la sélection officielle, où il ne figure plus parmi les nommés de la catégorie court-métrage camerounais.

courts-metrages-afrique-centrale-ecrans-noirs-2019-lefilmcamerounais

Le Festival Ecrans Noirs a décidé de retirer de la Sélection Officielle Camerounaise tous films ayant déjà été vus (toutes projections confondues) sur le territoire national  au nom de l’article 3 du règlement sur l’exclusivité des films inscrits au Festival.

longs-metrages-camerounais-ecrans-noirs-2019-lefilmcamerounais
“Testament” et “Deux couples, un destin” ont été retirés de la sélection officielle.

Egalement victime de la décision du Festival Ecrans Noirs, Defying the 6th de Neba Lawrence, ne sera pas en compétition des longs-métrages camerounais, ainsi que Testament de Akuro Tikum Titus, et Deux couples, un destin de Gabi Ruben Ngounou, faisant baisser le total des films en compétition dans cette catégorie de 8 à 5 ( contre 10 en 2018).

longs-metrages-internationaux-ecrans-noirs-2019-lefilmcamerounais

On retrouve néanmoins dans cette catégorie long-métrages camerounais Virgin Blade de Chinepoh Cosson, récipiendaire en 2018 de l’Ecran du film camerounais pour Rebel Pilgrim, et Trauma de Cynthia Elisabeth Ngono, deux fois sacrée meilleure actrice camerounaise.

fictions-docs-afrique-centrale-ecrans-noirs-2019-lefilmcamerounais

Aucun de ces films n’a été nommé dans la catégorie Longs métrages internationaux, où le Cameroun sera représenté par Les armes miraculeuses de Jean-Pierre Bekolo, également nommée dans une nouvelle catégorie crée à la faveur de la nouvelle sélection modifiée appelée Fiction-docs Afrique Centrale.

documentaires-camerounais-ecrans-noirs-2019-lefilmcamerounais

La catégorie documentaires camerounais a aussi été très touchée par la décision du Festival Ecrans Noirs. Sur mes Pas de Madeleine Autet et UN de Nabe-Daone ont tous les deux disparu de la sélection. L’énigmatique Futur dans le Rétro de Jean-Marie Teno est l’unique documentaire camerounais à avoir été sélectionné parmi les documentaires internationaux.

documentaires-internationaux-ecrans-noirs-2019-lefilmcamerounais

Enfin, et non des moindres, même si la catégorie a échappé aux modifications intervenues dans la sélection officielle, le Cameroun est représenté 4 fois dans la catégorie séries internationales, dont All Ventures de L.T Njeck.

series-internationales-ecrans-noirs-2019-lefilmcamerounais

La LFC team souhaite bonne chance à chacun des nommés. RDV du 13 au 20 juillet pour le verdict…

M.N

Advertisements

EXCLUSIF : Nabila Rod, de la musique au Cinéma !

exclusif-interview-nabila-rod-broken-lefilmcamerounais-7

L’Artiste et musicienne Nabila Rod fait ses premiers pas au Cinéma par la grande porte et endosse la casquette de 1er rôle du film “BROKEN” réalisé par Anurin Nwunembom à découvrir bientôt sur vos grands écrans, une production Blue Rain Entertainment de la boss Lady Syndy Emade ! Entretien exclusif à lire.

Le Film Camerounais : que pensez-vous de votre début glorieux en tant qu’artiste musicienne à l’heure actuelle ?
Nabila Rod : déjà je suis très reconnaissante envers mes fans et ceux qui me soutiennent ainsi que mon équipe, car c’est grâce à eux que je suis à ce niveau.  Cela dit, je pense que j’ai encore du chemin à faire pour atteindre mes objectifs mais je suis vraiment contente de voir que les choses avancent et je rends grâce au Seigneur pour ça.
L.F.C : à quel moment avez-vous pensé qu’il fallait se lancer dans le 7ème art, avez-vous le sentiment d’accomplir une vocation ou bien il y a autre chose qui  vous aurait convaincu de vous lancer dans ce domaine ?
N.B : honnêtement, je n’ai pas eu de moments auquel j’ai pensé m’associer à ça. L’occasion s’est présentée et j’ai pas hésité. Certes, quand j’étais petite je faisais des sketchs à l’école et dès fois quand je me retrouve avec des humoristes, j’arrive facilement à jouer un rôle. J’aime beaucoup le Cinéma. Mais bon, je ne me suis jamais dit qu’il fallait que j’essaie un peu. C’est juste que j’aime essayer des nouveaux trucs, j’aime bien me découvrir et savoir ce que je peux faire, et quand je me donne, je le fais bien. Donc quand l’occasion s’est présentée je me suis dit “pourquoi pas ?” C’est le moment de voir mes talents cachés (rires).
exclusif-interview-nabila-rod-broken-lefilmcamerounais-4
L.F.C : Qui vous a fait cet appel à transiter dans le Cinéma, quelle a été l’opportunité ?
N.B : La productrice Syndy Emade de Blue Rain Entertainment. J’étais vraiment ravie qu’elle ait pensée à moi pour son film “BROKEN”. Je n’ai jamais fait ça du coup je comprenais pas pourquoi elle m’avait choisi. Mais c’était une belle surprise et je lui serais toujours reconnaissante car elle a cru en moi et elle m’a fait confiance pour son projet. Et déjà que j’aime beaucoup le Cinéma et tout ce qui va avec. Être dans la peau d’une autre personne et jouer un rôle contraire à qui vous êtes vraiment. C’était tentant et j’étais vraiment contente et excitée de faire ça.
L.F.C : Quels sont selon vous les atouts qu’un acteur artiste musicien ne partage pas avec les autres ?
N.B : Je dirais que c’est la polyvalence qui fait la différence. Être capable de tout faire sans forcer. Tout le monde peut jouer ou faire des clips, mais tout le monde ne peut pas être acteur. Comme tout le monde peut chanter mais tout le monde ne peut pas être artiste, car ça demande une grande capacité d’adaptation, de créativité et de sensibilité. Quand tu arrives à être acteur artiste musicien, ça veut dire que tu es amené à te diversifier facilement dans n’importe quoi et même la réalisation.
L.F.C : Bien avant votre  entrée dans le Cinéma, est-ce que vous vous êtes frottée aux réalisateurs de films ?
N.B : J’ai fait des clips avec des réalisateurs comme NS Pictures et je suis aussi apparue dans des clips, mais ce n’est pas comme au Cinéma ; car là tu joue un rôle, tu dois commander tes émotions devant une caméra et des gens te regarde. Tout est nouveau et différent.
exclusif-interview-nabila-rod-broken-lefilmcamerounais-1
L.F.C : vous sentez-vous prête à faire vos premiers pas dans ce domaine ?
N.B : ah oui, très prête!!
L.F.C : vous allez débuté aux côtés de personnalités réputées du domaine comme Nchifor Valéry, Prince Ojay ou encore John Dumelo. Qu’est-ce que cela vous inspire ?
N.B : c’est un honneur. J’avais l’habitude de voir leurs films à la télé, mais maintenant je suis près d’eux et ça prouve juste qu’il n’est pas interdit de rêver et que tout est possible .
L.F.C : de quelle manière pensez-vous pouvoir apporter un plus dans ce qui se fait déjà dans le Cinéma Camerounais ?
N.B : je crois que ce sera la première fois au Cameroun qu’une jeune artiste décide aussi de faire du Cinéma et en plus être l’actrice principale. On a l’habitude de voir les mêmes têtes à la télé. Du coup, je crois que mon petit plus sera de pousser les jeunes à s’ouvrir et s’intéresser un peu plus au Cinéma et savoir qu’on peut tout faire et très bien faire. Peut-être plus tard je m’intéresserais à la réalisation des films on ne sait jamais, mais tout en ramenant le côté urbain et jeune de la musique au Cinéma.
L.F.C : allez-vous associer la musique au cinéma ou alors vous pourriez mettre un terme à votre carrière de musicienne et vous consacrer essentiellement au Cinéma ?
N.B : la musique c’est ma passion depuis ma tendre enfance et je découvre encore le Cinéma. Même si j’y prends goût et j’espère aussi exercer dans ce domaine. je pense que je vais associer les deux et ça tombe bien car le Cinéma m’aide à me découvrir un peu plus tout comme la musique m’aide à évacuer des émotions. Dans tous les cas, les deux me passionne énormément.
exclusif-interview-nabila-rod-broken-lefilmcamerounais-2
Propos recueillis par N.J.S.