Category Archives: A l’affiche

REVIEW : “LIFE POINT” ou quand le Cinéma d’auteur flirte avec le film grand public

life-point-review-lefilmcamerounais-2

Le 17 février dernier, la chaine nationale (CRTV) nous proposait une soirée Cinéma que nous attendions tous : “Life Point” d’Achille Brice, en compétition officielle au Fespaco 2017, était enfin projeté sur nos petits écrans. Créant à la fois polémique et excitation, le film a néanmoins été vu par le plus grand nombre ce soir là comme en témoigne les multiples réactions sur les réseaux sociaux lues après diffusion.

Chez Le Film Camerounais, nous l’avouons : voir autant de téléspectateurs rassemblés autour d’un film 100% made in 237Land nous a énormément réjoui ! Les avis fusaient de partout, avec une ambiance digne d’une salle de Cinéma pleine à craquer. Nous avons tous découverts avec curiosité cette histoire d’amour naissante entre ce vieux Professeur d’Université veuf incarné par Gérard Essomba et cette jolie jeune danseuse, Tatiana Ngong, que nous raconte le réalisateur Achille Brice.

life-point-review-lefilmcamerounais-3

La première chose que nous avons retenu en regardant le film, est l’envie forte qu’a eu le réalisateur de nous faire vivre un moment de Cinéma, s’éloignant le plus possible de l’étiquette “téléfilm” qui colle à beaucoup de films faits par des Africains. Cet effort est certainement la conséquence de ces scènes à rallonge, parfois trop lentes à notre goût. Le rythme du film rend le tout pesant, comme une valse interminable où les couples arrivent tout de même à nous convaincre de leurs talents de danseurs.

life-point-review-lefilmcamerounais-5

L’arrivée du fils du Professeur incarné par Nkanya Nkwai, essaye désespérément de nous ramener dans un film plus grand public, comme si Achille Brice se rendait soudain compte que son oeuvre embrassait un peut trop le Cinéma d’auteur. Lorsque apparait alors le générique de fin, nous sommes mi figue mi raisin chez Le Film Camerounais, appréciant à la fois le jeu d’acteurs et les belles trouvailles côté réalisation (mention spéciale à Tatiana Ngong qui pour nous est la révélation du film), mais regrettant une écriture finalement peu structurée de l’ensemble.

life-point-review-lefilmcamerounais-4

Toutefois, nous tenons à remercier le réalisateur, pour nous avoir offert ces moments de Cinéma que nous recherchons tant devant nos films, mettant par la même occasion en avant plusieurs talents de notre Cinéma que ce soit dans le casting que dans l’équipe technique. Bravo également aux doubleurs (Axel Abessolo ou encore Valérie Efouba Duval), qui ouvrent une porte à un nouveau savoir-faire au Cameroun.

Advertisements

PREMIERES : “A man …”, “Cauchemar …”, “Minga …”, “Mary Jane”

avant-premiere-cameroun-lefilmcamerounais-15
Avant-Première “MINGA ET LA CUILLERE CASSEE” de Claye Edou

Depuis quelques semaines, il pleut des Avant-Premières en 237Land ! Ce qui a l’air d’un phénomène de mode, témoigne en fait d’une envie de Cinéma de plus en plus forte des cinéphiles du pays, mais aussi une volonté des Cinéastes de franchir un nouveau cap dans la façon de promouvoir leurs films.

Chez Le Film Camerounais, nous ne cachons pas notre plaisir de voir des Avant-Premières se multiplier un peu plus chaque jour ! Courts-métrages, longs fiction et animation, tout y passe ou presque. Nous attendons patiemment que le documentaire soit moins timide de ce côté là.

avant-premiere-cameroun-lefilmcamerounais-26
Frank Olivier Ndéma – réalisateur du CM “Mary Jane”

Le producteur et désormais réalisateur Frank Olivier Ndéma a récemment présenté son court-métrage de genre “Mary Jane” à la salle Sita Bella, dans une salle comble composée de personnalités du monde du Cinéma, de Cinéastes en tous genres et autres cinéphiles. La campagne autour du film a été efficace, avec un déploiement visible de l’équipe de production qui a décidé de ne pas rester là à attendre voir espérer que la séance se remplisse d’elle-même.

A Douala et à Yaoundé, l’équipe du film “A man for the week end” dirigée de mains de maitre par l’actrice et productrice Syndy Emade a mis les petits plats dans les grands. Une Première digne d’Hollywood a eu lieu à Canalolympia Bessengué et au Hilton avec à chaque fois le même mot d’ordre : nous en mettre plein la vue ! Nous déplorons cependant le prix des billets (jusqu’à 50.000fcfa !), qui rendait cette Première élitiste et moins accessible à tout un chacun.

avant-premiere-cameroun-lefilmcamerounais-6

Côté com’, le pari a été totalement réussi et les photos de l’événement une fois achevé donnaient effectivement sacrément envie. Le Ministre des Arts et de la Culture le Professeur Narcisse Mouellè Kombi a même répondu présent, ainsi qu’une fois de plus l’incontournable Cinéaste et promoteur du Festival Ecrans Noirs Bassek Ba Kobhio alias BBK qui était aussi aux premières loges lors de la projection de “Mary Jane”.

“Cauchemar Vivant” de Blaise Ntedju alias Option n’a pas été en reste dans sa démarche de vouloir attirer son public en salle. Canalolympia Bessengué a été une fois de plus choisie par le producteur et réalisateur de “Miranda“, mais les retours sont plus timides côtés visuels ou alors les photos officielles nous ont totalement échappé. Néanmoins, l’engouement s’est fait ressentir le jour de l’Avant-Première grâce aux selfies de spectateurs et Cinéastes, mais nous regrettons l’absence d’un photographe officiel.

avant-premiere-cameroun-lefilmcamerounais-21

Enfin, la dernière Avant-Première dont nous souhaitons vous parler est celle du long-métrage d’animation “Minga et la cuillère cassée“, qui a eu lieu le même jour que celle de “Mary Jane” de Frank Olivier Ndéma mais à Douala cette fois. Tandis que “A man for the week end” s’envolait pour Hollywood, la Team Minga a elle décidé de mettre également les petits plats dans les grands, mais en ne perdant rien de son africanité.

avant-premiere-cameroun-lefilmcamerounais-20

En effet, le film étant l’adaptation d’un conte africain, le dress code a été d’emblée défini par le producteur et réalisateur Claye Edou, qui a lui aussi gagné son pari de nous en mettre plein la vue sans jamais s’éloigner du contexte 100% africain ! Le plus a certainement été la présence des deux personnages Minga et Lobè avec qui on pouvait taper la pause, ainsi que l’affluence de parents accompagnés de leurs enfants pour déguster le film.

La cerise sur le gâteau pour toutes ces Avant-Premières a été les différentes standing ovation auxquelles chaque film a eu droit, chacun avec sa particularité. Chez Le Film Camerounais, nous souhaitons dire un immense BRAVO à toutes les équipes de ces films, qui ont su réconcilier le public avec les différentes salles de Cinéma où ont été projetées leurs oeuvres !