All posts by lefilmcamerounais

REVIEW : “LIFE POINT” ou quand le Cinéma d’auteur flirte avec le film grand public

life-point-review-lefilmcamerounais-2

Le 17 février dernier, la chaine nationale (CRTV) nous proposait une soirée Cinéma que nous attendions tous : “Life Point” d’Achille Brice, en compétition officielle au Fespaco 2017, était enfin projeté sur nos petits écrans. Créant à la fois polémique et excitation, le film a néanmoins été vu par le plus grand nombre ce soir là comme en témoigne les multiples réactions sur les réseaux sociaux lues après diffusion.

Chez Le Film Camerounais, nous l’avouons : voir autant de téléspectateurs rassemblés autour d’un film 100% made in 237Land nous a énormément réjoui ! Les avis fusaient de partout, avec une ambiance digne d’une salle de Cinéma pleine à craquer. Nous avons tous découverts avec curiosité cette histoire d’amour naissante entre ce vieux Professeur d’Université veuf incarné par Gérard Essomba et cette jolie jeune danseuse, Tatiana Ngong, que nous raconte le réalisateur Achille Brice.

life-point-review-lefilmcamerounais-3

La première chose que nous avons retenu en regardant le film, est l’envie forte qu’a eu le réalisateur de nous faire vivre un moment de Cinéma, s’éloignant le plus possible de l’étiquette “téléfilm” qui colle à beaucoup de films faits par des Africains. Cet effort est certainement la conséquence de ces scènes à rallonge, parfois trop lentes à notre goût. Le rythme du film rend le tout pesant, comme une valse interminable où les couples arrivent tout de même à nous convaincre de leurs talents de danseurs.

life-point-review-lefilmcamerounais-5

L’arrivée du fils du Professeur incarné par Nkanya Nkwai, essaye désespérément de nous ramener dans un film plus grand public, comme si Achille Brice se rendait soudain compte que son oeuvre embrassait un peut trop le Cinéma d’auteur. Lorsque apparait alors le générique de fin, nous sommes mi figue mi raisin chez Le Film Camerounais, appréciant à la fois le jeu d’acteurs et les belles trouvailles côté réalisation (mention spéciale à Tatiana Ngong qui pour nous est la révélation du film), mais regrettant une écriture finalement peu structurée de l’ensemble.

life-point-review-lefilmcamerounais-4

Toutefois, nous tenons à remercier le réalisateur, pour nous avoir offert ces moments de Cinéma que nous recherchons tant devant nos films, mettant par la même occasion en avant plusieurs talents de notre Cinéma que ce soit dans le casting que dans l’équipe technique. Bravo également aux doubleurs (Axel Abessolo ou encore Valérie Efouba Duval), qui ouvrent une porte à un nouveau savoir-faire au Cameroun.

Advertisements

AWARDS : Trophées Francophones à Yaoundé, une leçon de Cinéma !

trophées-francophone-2017-lefilmcamerounais-9
Georges Madiba (Dir. de la Cinématographie) & Gérard Essomba (acteur – “Prix d’Honneur”)

La soirée du samedi 16 décembre a vibré au rythme des Trophées Francophones du Cinéma, qui depuis le 4 décembre dernier a posé bagages dans la ville de Yaoundé. Le Film Camerounais était présent à cette remise de récompenses au Palais des Congrès : quelle (belle) leçon !

C’est simple : les Trophées Francophones du Cinéma ont prouvé qu’un événement digne de ce nom et à la hauteur de ce qu’est le 7ème Art dans sa nature la plus profonde est possible au Cameroun ! Quel bonheur de voir tant de chic, de glamour, de professionnalisme et de fluidité dans l’organisation d’une soirée qui ne se voulait pas seulement exceptionnelle, mais qui l’a été à tous points de vue … ou presque.

trophées-francophone-2017-lefilmcamerounais-7

Mais avant toute chose, nous souhaitons évoquer l’engouement en salle (Canalolympia Yaoundé) de nombreux cinéphiles qui ont fait le déplacement découvrir les films en compétition. Une mention spéciale, qui lui a d’ailleurs valu un prix du public à Thierry Ntamack, qui a battu un joli record avec son film “La Patrie d’Abord“, car il y avait tellement de monde que la projection a eu lieu en simultanée à l’extérieur de la salle. Le film avait au total 6 nominations et repart avec deux prix, dont celui de Greg Belobo qui a remporté ex aequo le prix du meilleur second rôle. L’autre ex aequo de la soirée côté Cameroun a été “Djambar : Sembène l’insoumis” d’Eric Bodoulé Sosso, un excellent documentaire que nous vous recommandons de voir absolument si vous êtes un passionné de Cinéma.

Accompagné par le duo de charme Moustik – Laura Dave, nous avons tous vécus une soirée de remise de trophées dont nous nous souviendrons longtemps. La scène était magnifiquement éclairée, les moyens techniques mis à disposition étant à la hauteur de la qualité exceptionnelle du retour vidéo que nous avions dans l’écran géant de la salle. C’est avec classe que des personnalités du milieu du Cinéma à l’instar de Claire Denis la présidente du Jury, ont défilé sur la scène, accompagnés d’un orchestre qui avait pour le coup l’art de la synchronisation. Les différents intermèdes musicaux ont donné le souffle parfait nécessaire pour une soirée équilibrée avec une mention très spéciale à Kareyce Fotso, dont la prestation restera à notre sens la meilleure de la cérémonie.

Mais le vrai moment de la soirée, a certainement été cet hommage incroyable rendu à Gérard Essomba. Un instant magique durant lequel le temps s’est arrêté, où nous avons tous mesurés l’ampleur de la carrière de l’Homme, où nous nous sommes sentis fiers de pouvoir compter une telle figure dans notre cinématographie nationale. Son prix d’Honneur, comme une évidence … Gérard Essomba est un Grand et nous en appelons à la jeune génération de Cinéastes Camerounais : réveillez-vous !

trophées-francophone-2017-lefilmcamerounais-4

Les Trophées Francophones nous ont donné une belle leçon de Cinéma, en nous montrant sans fioritures la valeur de cet art via les moyens humains et techniques déployés pour que cette cérémonie reste à jamais gravée dans nos mémoires. La magie a opéré : tout simplement.

Crédit photos : Trophées Francophones du Cinéma