Tag Archives: cinema

COMMUNIQUE : Aljazeera diffuse une série de court-métrages documentaires africains

Communiqué de presse – AFRICA DIRECT

Une série de courts métrages documentaires captivants et immersifs réalisés par des talents du cinéma africains qui sera lancés par Al Jazeera English.

Les films ouvrent une fenêtre authentique sur un éventail de vies africaines ordinaires et extraordinaires, pour présenter des perspectives nuancées et complexes de ce continent diversifié et multiforme. Les histoires donnent la parole aux conteurs africains, qui ont si souvent été noyés ou submergés par la médiation extérieure. La série comprend environ 30 courts documentaires, organisés en épisodes d’une demi-heure. La première tranche de six demi-heures commence à être diffusée sur Al Jazeera English du 30 novembre 2021 au 4 janvier 2022, avec 14 courts métrages de 11 pays. Ces histoires de tranches de vie se concentrent chacune sur un personnage principal qui articule son propre récit, sans reporters ni autres médiateurs. En termes simples : Africa Direct, ce sont des histoires africaines, racontées par des conteurs africains sur des vies africaines – pour un public à travers le continent et dans le monde. Qu’est-ce qui est proposé ?

Ces films suivent des personnages qui sont traditionnels et modernes, poignants et flamboyants, des gens qui survivent ou prospèrent, pauvres ou puissants. Au cœur de chaque film se trouve une histoire qui nous fait penser, ressentir et nous connecter.

Le savoir traditionnel est découvert alors que nous assistons aux arts anciens de la fabrication de livres en parchemin dans les montagnes éthiopiennes dans « The Bookmaker », réalisé  par Girum Berehanetsehay. Ce même savoir traditionnel est à l’honneur avec l’art ou la technique de la calligraphie à Tombouctou où un homme restaure des manuscrits anciens à Beïrey-Hou : «  Bibliothèques du désert » par Andrey S. Diarra (Mali). La tension entre l’ancien et le moderne caractérise « In The Aluminium Village » d’Onésiphore M. Adonai (Bénin) où l’on rencontre un jeune homme attachant qui doit chevaucher les vieilles habitudes de son village et ses aspirations de jeunesse.

La vie et les vocations des femmes africaines sont explorées dans « On the White Nile » du cinéaste Akuol de Mabior, où nous sommes transportés dans le monde d’une pêcheuse et capitaine de bateau sud-soudanaise pleine d’entrain. Dans « The Young Cyclist » de Yuhi Amuli, une jeune ancienne colporteuse rwandaise devient conductrice de vélo taxi puis cycliste de compétition ; « Throttle Queens » (Kenya) de Joan Kabugu nous fait rencontrer un club de motocyclisme féminin et voir comment leur amour de l’équitation leur apporte joie de vivre, liberté, aventure et un sentiment de contrôle sur leur vie. Enfin, « Settling » de Amelia Umuhire (Rwanda) présente un professeur d’architecture qui inspire ses étudiants à adopter une approche centrée sur les personnes face aux défis du «logement informel» de la ville.

Célébrant le flair de l’Afrique pour la créativité et l’insolite, nous rencontrons un adjoint au maire dansant qui officie aux cérémonies de mariage dans  « a joyful », un film joyeux de Valaire Fossi (Cameroun) ; tandis que dans « The Cave », réalisé par El Kheyer Zidani (Algérie), un marionnettiste et artiste prépare un nouveau spectacle dans une ville reculée, où lui et son père partagent les joies du théâtre, de la musique et du conte. «  Colors Are Alive Here » de Seydou Mukali (Kenya), étoile montante et créateur de mode à Kibera, le grand bidonville de Nairobi, vous invite dans sa vie trépidante alors qu’il s’entoure de créativité, de design et d’artistes.

Dans des tentatives audacieuses pour faire la différence, nous rencontrons un homme qui a élevé des baobabs de minuscules graines à une vaste forêt au cours des 47 dernières années, offrant une bouée de sauvetage et un héritage à son village, dans « L’homme qui plante des baobabs » (Burkina Faso) de Michel K Zongo.

« Kalanda : A Wrestler’s Dream » (Sénégal) du cinéaste Oumar Ba raconte l’histoire d’un jeune homme déterminé à se rendre dans la principale arène de lutte ; et dans « Diggers and Merchants », de Nelson Makengo (RDC), nous découvrons un creuseur manuel qui a exploité les carrières de cuivre autour de son village pendant des années – tout ce que ses pairs et lui veulent, c’est une chance équitable de gagner sa vie et d’être respectés.

« La narration documentaire est un média extrêmement influent en termes de perception des lieux, des personnes et de leur pouvoir », déclare Ingrid Falck, responsable des documentaires chez Al Jazeera English, qui a conçu et commandé la série. « Nous avons longtemps défendu l’idée que ceux qui connaissent mieux leurs histoires devraient les posséder dans les médias, revendiquer leur espace de narration dans les médias internationaux. Africa Direct est une célébration – du talent documentaire africain et des histoires locales. Je suis profondément reconnaissante envers les superbes équipes et cinéastes panafricains qui ont livré ces courts documentaires époustouflants, immersifs et stimulants, pour nous les spectateurs.»

Al Jazeera s’est associé à Big World Cinema pour ce projet : il est entièrement basé en Afrique. L’équipe comprend le producteur exécutif Steven Markovitz (SA), les producteurs de séries Angele Diabang (Sénégal) et Brian Tilly (SA).

« Nous avons reçu plus de 300 propositions de 31 pays », déclare le producteur exécutif Steven Markovitz de Big World Cinema. « Ce fut une expérience extraordinaire de lire et d’évaluer le large éventail d’histoires de tout le continent

Regardez la série sur Al Jazeera english , à partir du 30 novembre à 22h30 GMT, avec des rediffusions la semaine suivante à partir de mardi.

LFC AWARDS 4 : la liste complète des Lauréa.t.es !

Le 18 novembre 2021 dans la salle de Cinéma Canalolympia Bessenguè, la ville de Douala a vibré au rythme de la 4ème Cérémonie des LFC AWARDS, signant ainsi le grand retour de la compétition de films après une édition Gala en 2020 imposée par la pandémie de Covid 19.

Lors d’une soirée chic et glamour marquée par un magnifique plaidoyer rempli d’humour du Parrain Ebenezer Kepombia, par un discours poignant du Chef Opérateur image René Ettat ou par encore par le soutien désormais évident du Ministère des Arts et de la Culture ainsi que de la Communauté Urbaine de Douala, le savoir-faire Camerounais a été célébré comme il se doit.

Ci-dessous, retrouvez la liste complète des Lauréat.e.s de cette 4ème Cérémonie :

PRIX D’HONNEUR – Douala Marthe Toto, comédienne

Ebenezer Kepombia & Douala Marthe Toto

PRIX D’HONNEUR – Honorable Zambo Ntoumba, facilitateur, soutien aux Cinéastes indépendants

PRIX SPECIAL “Métier de l’ombre” à titre Posthume –

Bertin Ekossono, Chef Machiniste

Visuel by Landry Toukam

PRIX LFCinéphiles – Muriel Blanche, actrice & productrice

PRIX SPECIAL “Métier de l’ombre” – Sigala Lovet, directeur de Production

MEILLEURE ACTRICE DANS UN COURT-METRAGE – Hortavie Mpondo, dans “The Solo Girl” de Dante Fox

MEILLEUR ACTEUR DANS UN COURT-METRAGE – Rigobert Tamwa, dans “Corina” de Jean-Baptiste Foko

MEILLEUR SCENARIO COURT – “Angles” écrit par Lea Malle Frank Thierry

MEILLEUR COURT-METRAGE – “Run” de Rodrigue Fotso

MEILLEUR DOCUMENTAIRE COURT – “800 EYES” de Bernadette Nsokika Fonlon

MEILLEUR DOCUMENTAIRE – “La Mort, ce cadeau de Vie” de Madeleine Autet

MEILLEURE ACTRICE DANS UN 2nd RÔLE – Ndamo Damarise, dans “The Fisherman’s Diary” d’Enah Johnscott

MEILLEUR ACTEUR DANS UN 2nd RÔLE – Samson Vugar, dans “Where I come from” de Takong Delvis Mezzo

MEILLEURE ACTRICE DANS UN 1er RÔLE – Laura Onyama, dans “Saving Mbango” de Nkanya Nkwai

MEILLEUR ACTEUR DANS UN 1er RÔLE – Godisz Fungwa, dans “Saving Mbango” de Nkanya Nkwai

MEILLEUR SCENARIO – “Innocent(e)”, écrit par Lea Malle Frank Thierry

MEILLEURE IMAGE – René Ettat, pour “The Fisherman’s Diary” d’Enah Johnscott

MEILLEUR SON – Hervé Guémété, pour “Bendskins” de Narcisse Wandji

MEILLEUR COSTUME – Bi France, pour “4th Generation” de Cosson Chinepoh

MEILLEUR MAQUILLAGE – Gki Barbie & Chinonso Sunshine, pour “Saving Mbango” de Nkanya Nkwai

MEILLEUR DECOR – Fokwa Babila, pour “The Fisherman’s Diary” d’Enah Johnscott

MEILLEUR MONTAGE – Rodrigue Tchassem, pour “Bendskins” de Narcisse Wandji

MEILLEUR FILM – “The Fisherman’s Diary”, d’Enah Johnscott

La 5ème Cérémonie des LFC AWARDS aura lieu Jeudi 24 novembre 2022 dans la ville de Douala et sera marquée par la naissance d’une Compétition Internationale avec 3 catégories : courts-métrages, longs-métrages de fiction et longs-métrages documentaires. Seront éligibles : tous les autres pays du continent africain et leur diaspora (hors du Cameroun), ainsi que les caraïbes.