COMING SOON : Valéry Ndongo est Manga Bell père dans “Our Wishes” de Jean-Pierre Bekolo

our-wishes-film-jean-pierre-bekolo-lefilmcamerounais-2

Pour Jean-Pierre Bekolo, il est visiblement grand temps que le Cameroun  et son peuple connaissent enfin son histoire ! La portée de ce nouveau film est évidemment beaucoup plus grande, à l’échelle mondiale et c’est avec une impatience non dissimulée que nous avons déjà hâte d’assister à la Première de ce nouveau bébé chez Le Film Camerounais.

“Our Wishes” est un projet d’envergure ne serait-ce que par son sujet, car il s’attaque à l’Histoire qui doit être chère à chacun d’entre nous. Jean-Pierre Bekolo décide ainsi de revenir sur la période durant laquelle a été signé le traité Germano – Douala qui a fait du Cameroun un protectorat allemand. Une anecdote raconte même qu’un consul anglais avait été envoyé de Londres pour négocier avec les chefs Duala de cette même occupation, mais serait arrivé trop tard, devancé par les Allemands.

our-wishes-film-jean-pierre-bekolo-lefilmcamerounais-5

Le comédien et humoriste qu’on ne présente plus Valéry Ndongo, après une première collaboration avec le Réalisateur sur le très controversé “Le Président”, remet visiblement le couvert en campant cette fois le premier rôle. Au vu des premières photos, il est très convaincant. Désormais, il devient la figure cinématographique de Manga Bell père, une lourde responsabilité que lui confie là Jean-Pierre Bekolo à notre humble avis. En même temps, l’enfant terrible du Cinéma Camerounais d’une certaine manière témoigne là la confiance qu’il a en Valéry.

our-wishes-film-jean-pierre-bekolo-lefilmcamerounais-4

Chez Le Film Camerounais, nous sommes très curieux de savoir ce que le film a à nous apprendre sur ce traité que nous ne connaissions déjà. Jean-Pierre Bekolo n’est certainement pas le Cinéaste qui se contenterait de montrer et dire ce qui a déjà été relaté. Nous nous attendons à être surpris, à ajouter des éléments nouveaux, peut être (certainement) même dérangeants à cette parcelle de notre Histoire qu’encore trop de gens ignorent …

Retrouvez Jean-Pierre Bekolo sur Facebook / Twitter.

Advertisements

MUST READ : Le film Indien choisit par l’Etat pour représenter le Cameroun aux Oscars 2017 !

oscars-2017-film-indien-represente-cameroun-lefilmcamerounais-2

Si une terre des miracles existe quelque part dans notre immense et bel univers, ne cherchez plus : elle se trouve en 237Land ! Sinon, comment expliquer qu’un Ministère des Arts et de la Culture qui pour représenter le Cameroun pour la toute 1ère fois à l’Académie des Oscars, décide en son âme et conscience d’y envoyer un film Indien ?!

Imaginez-vous devant votre télé, allongé à regarder les publicités incessantes que vous rabâchent les télévisions locales à longueur de journée jusqu’au moment où vous prenez la décision (sage ou non) d’aller voir ce qui se passe du côté des réseaux sociaux avant que votre téléfilm ne reprenne. Et là, BAM ! Ce n’est pas encore un AVC qui vous terrasse, mais quelque chose d’assez similaire et pas si éloigné niveau sensation. J’avais envie d’hurler “BEKOLO m’a tu(é)r” et puis non, c’est en fait le MINAC* qui a tenté de m’achever ! Cette chronique est une vraie thérapie, le souffle qu’il m’a fallu reprendre pour être encore des vôtres …

oscars-2017-film-indien-represente-cameroun-lefilmcamerounais-4

Bienvenue au Cameroun, le pays où l’expression “Nul(le) n’est prophète chez soi” n’a pas seulement été dite entre deux jus ou deux bières par un petit malin pour impressionner sa petite, mais où un mec a dû se lever un matin et littéralement l’inventer de toutes pièces. Si ce n’est pas un miracle, je veux bien qu’on m’explique de quoi il s’agit, car j’ai beau m’asseoir, beau retourner la chose dans tous les sens, beau manger deux trois beignets de maïs les digérer et revenir devant mon écran d’ordinateur, je ne comprends toujours pas.

Et qu’on ne vous mente pas, “In collaboration with …” n’atténue en rien l’aberration qu’est cette nouvelle, ni ne légitime ce choix qui à mon sens devrait révolter CHAQUE Cinéaste Camerounais et autre aspirant à cette passion qu’est le Cinéma ici. La question que je me pose, est quel courage ce même Ministère des Arts et de la Culture aura dans les jours à venir de solliciter à nouveau les Cinéastes pour leurs différentes manifestations culturelles ? En gros, quand il faut parler Oscars on va chercher ailleurs et quand il faut se pavaner dans le pays avec une Cinématographie dans laquelle on est rarement intervenu si ce n’est jamais, on appelle fièrement les Producteurs et Réalisateurs locaux ?

oscars-2017-film-indien-represente-cameroun-lefilmcamerounais-7

Pour ceux qui ne le savent pas encore, Monsieur Madiba Georges (lunettes noires) est à la fois notre Directeur de la Cinématographie et le signataire du document ci-dessus. Quant au fameux Jean-Louis Moussinga (le “in collaboration with” de la lettre), c’est le Monsieur en veste plus bleue et coiffure moins stricte que les quatre autres. A présent que les présentations sont faites, il est temps de montrer que cette fois, pour nous Cinéastes ou Cinéphiles, est définitivement la fois de trop.

* Minac = Ministère des Arts et de la Culture

F.E.