Tag Archives: Ministre des Arts et de la Culture

PREMIERES : “A man …”, “Cauchemar …”, “Minga …”, “Mary Jane”

avant-premiere-cameroun-lefilmcamerounais-15
Avant-Première “MINGA ET LA CUILLERE CASSEE” de Claye Edou

Depuis quelques semaines, il pleut des Avant-Premières en 237Land ! Ce qui a l’air d’un phénomène de mode, témoigne en fait d’une envie de Cinéma de plus en plus forte des cinéphiles du pays, mais aussi une volonté des Cinéastes de franchir un nouveau cap dans la façon de promouvoir leurs films.

Chez Le Film Camerounais, nous ne cachons pas notre plaisir de voir des Avant-Premières se multiplier un peu plus chaque jour ! Courts-métrages, longs fiction et animation, tout y passe ou presque. Nous attendons patiemment que le documentaire soit moins timide de ce côté là.

avant-premiere-cameroun-lefilmcamerounais-26
Frank Olivier Ndéma – réalisateur du CM “Mary Jane”

Le producteur et désormais réalisateur Frank Olivier Ndéma a récemment présenté son court-métrage de genre “Mary Jane” à la salle Sita Bella, dans une salle comble composée de personnalités du monde du Cinéma, de Cinéastes en tous genres et autres cinéphiles. La campagne autour du film a été efficace, avec un déploiement visible de l’équipe de production qui a décidé de ne pas rester là à attendre voir espérer que la séance se remplisse d’elle-même.

A Douala et à Yaoundé, l’équipe du film “A man for the week end” dirigée de mains de maitre par l’actrice et productrice Syndy Emade a mis les petits plats dans les grands. Une Première digne d’Hollywood a eu lieu à Canalolympia Bessengué et au Hilton avec à chaque fois le même mot d’ordre : nous en mettre plein la vue ! Nous déplorons cependant le prix des billets (jusqu’à 50.000fcfa !), qui rendait cette Première élitiste et moins accessible à tout un chacun.

avant-premiere-cameroun-lefilmcamerounais-6

Côté com’, le pari a été totalement réussi et les photos de l’événement une fois achevé donnaient effectivement sacrément envie. Le Ministre des Arts et de la Culture le Professeur Narcisse Mouellè Kombi a même répondu présent, ainsi qu’une fois de plus l’incontournable Cinéaste et promoteur du Festival Ecrans Noirs Bassek Ba Kobhio alias BBK qui était aussi aux premières loges lors de la projection de “Mary Jane”.

“Cauchemar Vivant” de Blaise Ntedju alias Option n’a pas été en reste dans sa démarche de vouloir attirer son public en salle. Canalolympia Bessengué a été une fois de plus choisie par le producteur et réalisateur de “Miranda“, mais les retours sont plus timides côtés visuels ou alors les photos officielles nous ont totalement échappé. Néanmoins, l’engouement s’est fait ressentir le jour de l’Avant-Première grâce aux selfies de spectateurs et Cinéastes, mais nous regrettons l’absence d’un photographe officiel.

avant-premiere-cameroun-lefilmcamerounais-21

Enfin, la dernière Avant-Première dont nous souhaitons vous parler est celle du long-métrage d’animation “Minga et la cuillère cassée“, qui a eu lieu le même jour que celle de “Mary Jane” de Frank Olivier Ndéma mais à Douala cette fois. Tandis que “A man for the week end” s’envolait pour Hollywood, la Team Minga a elle décidé de mettre également les petits plats dans les grands, mais en ne perdant rien de son africanité.

avant-premiere-cameroun-lefilmcamerounais-20

En effet, le film étant l’adaptation d’un conte africain, le dress code a été d’emblée défini par le producteur et réalisateur Claye Edou, qui a lui aussi gagné son pari de nous en mettre plein la vue sans jamais s’éloigner du contexte 100% africain ! Le plus a certainement été la présence des deux personnages Minga et Lobè avec qui on pouvait taper la pause, ainsi que l’affluence de parents accompagnés de leurs enfants pour déguster le film.

La cerise sur le gâteau pour toutes ces Avant-Premières a été les différentes standing ovation auxquelles chaque film a eu droit, chacun avec sa particularité. Chez Le Film Camerounais, nous souhaitons dire un immense BRAVO à toutes les équipes de ces films, qui ont su réconcilier le public avec les différentes salles de Cinéma où ont été projetées leurs oeuvres !

Advertisements

MUST READ : Le film Indien choisit par l’Etat pour représenter le Cameroun aux Oscars 2017 !

oscars-2017-film-indien-represente-cameroun-lefilmcamerounais-2

Si une terre des miracles existe quelque part dans notre immense et bel univers, ne cherchez plus : elle se trouve en 237Land ! Sinon, comment expliquer qu’un Ministère des Arts et de la Culture qui pour représenter le Cameroun pour la toute 1ère fois à l’Académie des Oscars, décide en son âme et conscience d’y envoyer un film Indien ?!

Imaginez-vous devant votre télé, allongé à regarder les publicités incessantes que vous rabâchent les télévisions locales à longueur de journée jusqu’au moment où vous prenez la décision (sage ou non) d’aller voir ce qui se passe du côté des réseaux sociaux avant que votre téléfilm ne reprenne. Et là, BAM ! Ce n’est pas encore un AVC qui vous terrasse, mais quelque chose d’assez similaire et pas si éloigné niveau sensation. J’avais envie d’hurler “BEKOLO m’a tu(é)r” et puis non, c’est en fait le MINAC* qui a tenté de m’achever ! Cette chronique est une vraie thérapie, le souffle qu’il m’a fallu reprendre pour être encore des vôtres …

oscars-2017-film-indien-represente-cameroun-lefilmcamerounais-4

Bienvenue au Cameroun, le pays où l’expression “Nul(le) n’est prophète chez soi” n’a pas seulement été dite entre deux jus ou deux bières par un petit malin pour impressionner sa petite, mais où un mec a dû se lever un matin et littéralement l’inventer de toutes pièces. Si ce n’est pas un miracle, je veux bien qu’on m’explique de quoi il s’agit, car j’ai beau m’asseoir, beau retourner la chose dans tous les sens, beau manger deux trois beignets de maïs les digérer et revenir devant mon écran d’ordinateur, je ne comprends toujours pas.

Et qu’on ne vous mente pas, “In collaboration with …” n’atténue en rien l’aberration qu’est cette nouvelle, ni ne légitime ce choix qui à mon sens devrait révolter CHAQUE Cinéaste Camerounais et autre aspirant à cette passion qu’est le Cinéma ici. La question que je me pose, est quel courage ce même Ministère des Arts et de la Culture aura dans les jours à venir de solliciter à nouveau les Cinéastes pour leurs différentes manifestations culturelles ? En gros, quand il faut parler Oscars on va chercher ailleurs et quand il faut se pavaner dans le pays avec une Cinématographie dans laquelle on est rarement intervenu si ce n’est jamais, on appelle fièrement les Producteurs et Réalisateurs locaux ?

oscars-2017-film-indien-represente-cameroun-lefilmcamerounais-7

Pour ceux qui ne le savent pas encore, Monsieur Madiba Georges (lunettes noires) est à la fois notre Directeur de la Cinématographie et le signataire du document ci-dessus. Quant au fameux Jean-Louis Moussinga (le “in collaboration with” de la lettre), c’est le Monsieur en veste plus bleue et coiffure moins stricte que les quatre autres. A présent que les présentations sont faites, il est temps de montrer que cette fois, pour nous Cinéastes ou Cinéphiles, est définitivement la fois de trop.

* Minac = Ministère des Arts et de la Culture

F.E.