Tag Archives: claye edou

Cinéma : “KANKAN”, le biopic de tous les défis signé Joseph Akama

Photo plateau du film “Kankan”

Après un tournage qui s’est déroulé dans le plus grand des secrets, l’univers cinématographique camerounais a découvert à la fois surpris et enchanté, l’initiative et surtout l’ambition du producteur et réalisateur de film d’animation Claye Edou (“Minga et la cuillère cassée”) : produire un biopic autour de Jean-Miché Kankan, une icône incontestée en Afrique francophone. INTERVIEW.

LE FILM CAMEROUNAIS : Vous êtes le Producteur d’un biopic ambitieux autour du célèbre comédien camerounais connu sous le pseudonyme « Jean Miché Kankan » (de son vrai nom Dieudonné Afana Ebogo) : à quel point étiez-vous prêt à prendre la responsabilité d’un tel film lorsque le désir de produire cette œuvre est né ?

CLAYE EDOU : Ce qu’il faut savoir c’est que produire un tel film était l’occasion de rendre un hommage amplement mérité à une icône qui, 25 ans après sa disparition, est toujours très présente dans les esprits dans toute l’Afrique francophone. De plus, c’était un moyen d’enrichir le paysage cinématographique camerounais en abordant un genre très peu exploré dans notre contexte, le biopic, tout en offrant une vitrine propice à la révélation de talents dont regorge notre jeune industrie. En ce qui me concerne, tous les éléments étaient réunis pour booster ma motivation de mener à terme ce projet malgré les immanquables difficultés.

LFC : Le film est actuellement en post production : à quel point êtes-vous satisfait à ce jour en tant que Producteur ?

C.E : Je suis satisfait de ce que le film propose comme innovation en termes de narration, de réalisation et de défis qui ont été relevés à travers ce voyage dans le passé proposé aux spectateurs. Ma satisfaction vient également de la complémentarité des différents artistes et techniciens impliqués qui a permis d’obtenir ce long-métrage. J’ai sincèrement hâte de partager le produit fini avec les cinéphiles et d’en observer l’impact culturel.

Eugène Sotti (DOP), Claye Edou (Producteur), Joseph Akama (Réalisateur), Landry Nguetsa (Acteur), Eric Demtare (Dir. Prod.)

LFC : La rencontre avec la famille de « Kankan » : racontez-nous !

C.E : Le réalisateur et moi avons eu le privilège de rencontrer son fils, un homme plutôt discret qui, grâce à ses témoignages, nous a permis de construire le personnage et savoir quel homme il était à la ville. De plus, il nous a fait l’honneur de nous donner accès aux archives personnelles de son père et à ses albums photo, ce qui a été d’une précieuse aide. Je garde un souvenir ému de nos échanges.

LFC : Qu’est-ce qui a motivé votre choix de confier la réalisation d’un projet aussi lourd à porter au jeune metteur en scène et scénariste Joseph Akama ?

C.E : Nous nous sommes connus au Festival des Écrans Noirs édition 2018, avant qu’il ne s’illustre avec les excellents court-métrages «Western» et «Into The Den». Son sens artistique aigu, son esprit audacieux, sa créativité et sa capacité à obtenir le meilleur des acteurs qu’il dirige ont motivé mon choix. Pour un tel projet, étant moi-même issu de la génération animée par les sketchs de Jean Miché Kankan au moins une quinzaine d’années avant son décès, il me fallait un regard neuf venant d’un réalisateur jeune, mais suffisamment ancré dans l’environnement socio-culturel du sujet.

LFC : Landry Nguetsa sera désormais la figure cinématographique de « Jean Miché Kankan », un choix judicieux qu’à la Rédaction, nous souhaitons saluer : était-ce votre choix ou celui du réalisateur ?

C.E : La proposition est venue du réalisateur après que certaines figures du monde du théâtre et de l’humour aient été abordées sans résultats satisfaisants. La principale difficulté, au-delà du minimum de ressemblance physique que requiert tout biopic, était la dualité du personnage qui s’exprime avec deux accents régionaux différents. Le défi a été relevé haut la main.

Landry Nguetsa & Claye Edou

LFC : Quelle vie espérez-vous pour « KANKAN » et quelle est votre stratégie pour y parvenir ? Une date de sortie est-elle déjà prévue ?

C.E : Je ne peux que lui souhaiter une belle carrière internationale, bien au-delà de l’Afrique francophone où le personnage principal est déjà connu. Le meilleur moyen d’y parvenir serait d’abord de rayonner dans les festivals les plus réputés bien avant de définir un calendrier de sortie. Let’s wait and see.

LFC : Votre réplique préférée de « KANKAN » ?

C.E : Ce n’est pas forcément ma préférée car je ne souhaite pas gâcher la surprise… mais j’apprécie le côté positif de l’expression qu’affectionne Kankan : «À la santé !»

Le teaser sera dévoilé le dimanche 13 février 2022 sur la page officielle du film, à l’occasion du 25ème anniversaire de la disparition de Jean Miché Kankan.

Page Facebook : ICI.

A L’AFFICHE : Minga, “l’unstoppable”

minga-et-la-cuillere-cassee-claye-edou-lefilmcamerounais-4

L’engouement du public pour le film ‘‘Minga et la cuillère cassée’’ reste inaltérable deux années après sa sortie officielle. Le public s’est massivement mobilisé pour aller suivre la projection du de l’oeuvre de Claye Edou ce mercredi 24 avril 2019 à l’Institut Goethe de Yaoundé.  Un retentissement qui arrive juste après la nouvelle récompense reçue au Festival Kingstoon en Jamaïque.

Une masse importante de personnes s’est déplacée pour aller communier avec le Cinéma Camerounais.  La salle de projection de l’institut Goethe était en panne de places. Le film, comme d’habitude, a suscité beaucoup d’émotions dans le public. Certains participants se sont identifiés aux personnages, pendant que d’autres à travers ce film ont reçu une petite piqûre de souvenir de leur enfance.

Ce film me fait voyager dans le temps. Quand je le regarde, je pense directement à ce grand feux qu’allumais souvent mon grand-père à chaque fois qu’il nous contait cette histoire riche de conseils.

Nous confie Godlove.

minga-et-la-cuillere-cassee-claye-edou-lefilmcamerounais-2

Les expressions  et séquences telles que ‘‘Kodogologokooooo’’, ‘‘Wanda’’, les répliques de Mamie Kaba et  les pas de danse esquissés tout le long du film ont mis la salle dans une  grande ambiance cinématographique. A la fin de la projection, l’on pouvait écouter des enfants reprendre ces paroles avec beaucoup de maitrise et d’enthousiasme. Une grande satisfaction pour le réalisateur Claye Edou.

J’en retiens une très grande joie, ça a été un véritable moment de communion. Très heureux de voir le public adhérer au film.

minga-et-la-cuillere-cassee-claye-edou-lefilmcamerounais-6
(c) Dolly Nwafo

Il faudrait rappeler que “Minga et la cuillère cassée” est une histoire adaptée entre deux générations différentes, facilitant ainsi la transmission de la mémoire.

Minga c’est une double inspiration. C’est un conte que nos parents  nous faisaient écouter dès le bas âge. Et je me suis aussi inspiré du recueil de contes Camerounais  “La cuillère cassée”  de Charles Binam Bikoi et de Emmanuel Soundjock, paru  en 1970.

Explique Claye Edou.

minga-et-la-cuillere-cassee-claye-edou-lefilmcamerounais-5
(c) Dolly Nwafo

Cette forte base historique confère à ce film une grande valeur artistique. Malgré le fait que l’histoire soit ancienne, cela n’empêche en rien « Minga et la cuièllere cassée » de parler aux jeunes d’une génération bien plus lointaine à l’histoire.  Deux semaines avant cette projection, Claye Edou avait triomphé au Festival Kingstoon en Jamaïque, remportant le titre de “Meilleur Long-métrage International“.

plus on est récompensé plus ça crée le buzz et du coup le public est attiré. Pour le coup de ce soir, je pense que la victoire à Kingston en est pour quelques chose. Je n’hésiterais pas à programmer une autre projection si l’occasion m’était donnée.

Rejoindre la Page Facebook Officielle du film ICI.

N.J.S.