À L’AFFICHE : “Minga et la cuillère cassée” ou l’aventure du Cinéma d’animation camerounais

cinema-d'animation-lefilmcmerounais-1
© Picture from Claye Edou Facebook Account

“Minga et la cuillère cassée” aux festivals Cinémas d’Afrique de Lausanne et Écrans Noirs, et depuis peu dans les réseaux CanalOlympia. Une belle reconnaissance du potentiel du Cinéma d’animation camerounais. 

L’aventure de “Minga et la cuillère cassée” (2017) continue. Après le Festival du Cinéma d’Animation de Meknès (FICAM), Vues d’Afrique, le festival du Film d’Animation d’Abidjan (FFAA), le festival Cinémas d’Afrique de Lausanne, le film a été sélectionné à la 22 ème édition du Festival Écrans Noirs et fait partie depuis peu de la programmation du réseau  CanalOlympia. Une excellente nouvelle pour Claye Edou, son réalisateur, et pour l’industrie de l’animation au Cameroun. 

cinema-danimation-lefilmcamerounais-4.png
© Picture from Claye Edou Facebook Account

Adaptation libre sous forme de comédie musicale de “Les Contes du Cameroun” de Charles Binam Bikoi et Emmanuel Soundjock paru dans les années 70, le long-métrage raconte l’histoire de Minga, une orpheline chassée de la maison par sa belle-mère pour avoir cassé une cuillère. Minga entame alors une série d’aventures où se mêlent animaux sauvages et prince charmant. Le tout sous fond de décor pré-colonial et ponctué d’expressions en langues locales. 

L’aventure de “Minga et la cuillère cassée” est aussi celle du cinéma d’animation camerounais. Une industrie encore peu développée au 237 Land. Rares sont les studios d’animation comme Cledley Productions, fondé par Claye Edou, malgré l’intérêt croissant des jeunes vers ce genre cinématographique. 

Un genre qui a déjà été investi dans le passé. En 2015, Daniel Kwama a réalisé “Turbulences”, une allégorie en 3D de plus d’1h50 sur l’émigration clandestine. Le film raconte l’histoire d’un chasseur propulsé dans une planète étrange et qui finit par décider d’émigrer pour s’en sortir. 

La sélection de “Minga et la cuillère cassée” aux festivals Cinémas d’Afrique de Lausanne et Écrans noirs, ainsi que sa programmation dans tout le réseau CanalOlympia sont de bonnes nouvelles. Une agréable aventure que LFC espère, servira à toute l’industrie du Cinéma d’animation camerounais. 

M.N.

Advertisements