Tag Archives: daniel kamwa

À L’AFFICHE : “Minga et la cuillère cassée” ou l’aventure du Cinéma d’animation camerounais

cinema-d'animation-lefilmcmerounais-1
© Picture from Claye Edou Facebook Account

“Minga et la cuillère cassée” aux festivals Cinémas d’Afrique de Lausanne et Écrans Noirs, et depuis peu dans les réseaux CanalOlympia. Une belle reconnaissance du potentiel du Cinéma d’animation camerounais. 

L’aventure de “Minga et la cuillère cassée” (2017) continue. Après le Festival du Cinéma d’Animation de Meknès (FICAM), Vues d’Afrique, le festival du Film d’Animation d’Abidjan (FFAA), le festival Cinémas d’Afrique de Lausanne, le film a été sélectionné à la 22 ème édition du Festival Écrans Noirs et fait partie depuis peu de la programmation du réseau  CanalOlympia. Une excellente nouvelle pour Claye Edou, son réalisateur, et pour l’industrie de l’animation au Cameroun. 

cinema-danimation-lefilmcamerounais-4.png
© Picture from Claye Edou Facebook Account

Adaptation libre sous forme de comédie musicale de “Les Contes du Cameroun” de Charles Binam Bikoi et Emmanuel Soundjock paru dans les années 70, le long-métrage raconte l’histoire de Minga, une orpheline chassée de la maison par sa belle-mère pour avoir cassé une cuillère. Minga entame alors une série d’aventures où se mêlent animaux sauvages et prince charmant. Le tout sous fond de décor pré-colonial et ponctué d’expressions en langues locales. 

L’aventure de “Minga et la cuillère cassée” est aussi celle du cinéma d’animation camerounais. Une industrie encore peu développée au 237 Land. Rares sont les studios d’animation comme Cledley Productions, fondé par Claye Edou, malgré l’intérêt croissant des jeunes vers ce genre cinématographique. 

Un genre qui a déjà été investi dans le passé. En 2015, Daniel Kwama a réalisé “Turbulences”, une allégorie en 3D de plus d’1h50 sur l’émigration clandestine. Le film raconte l’histoire d’un chasseur propulsé dans une planète étrange et qui finit par décider d’émigrer pour s’en sortir. 

La sélection de “Minga et la cuillère cassée” aux festivals Cinémas d’Afrique de Lausanne et Écrans noirs, ainsi que sa programmation dans tout le réseau CanalOlympia sont de bonnes nouvelles. Une agréable aventure que LFC espère, servira à toute l’industrie du Cinéma d’animation camerounais. 

M.N.

MUST SEE : 5 classiques du Cinéma Camerounais

5-classiques-cinema-camerounais-lefilmcamerounais-8
“Mâh Saah Sah” de Daniel Kamwa

Nous avons réuni pour vous 5 classiques du Cinéma Camerounais, 5 films incontournables qui ont littéralement façonné l’industrie cinématographique du Cameroun avant l’apparition de la nouvelle génération. Vous en reconnaitrez au moins un …

Peu nombreux sont les personnes, même parmi les Cinéastes, qui connaissent réellement l’histoire du Cinéma Camerounais. C’est pour cette raison que chez Le Film Camerounais, nous vous proposons avant d’entrer dans le vif de notre sujet d’y remédier en lisant cet article paru dans “Cultures & Cinéma“.

A présent, place aux Réalisateurs et à leurs films cultes qui ont marqué toute une génération. Les résumés sont officiels, extraits de l’excellente plateforme Africultures que nous vous recommandons vivement.

1 – “Muna Moto” de Jean-Pierre Dikonguè Pipa (1975)

5-classiques-cinema-camerounais-lefilmcamerounais-7

Résumé : Ngando et Ndomè s’aiment. Ngando demande Ndomè en mariage mais la famille de Ndomè lui rappelle qu’il doit s’acquitter de la dot. Orphelin, il fait appel à son oncle qui, déjà marié à trois femmes stériles, décide d’épouser la jeune fille qui attend un enfant de Ngando. Désespéré, le jeune homme, le jour de la fête traditionnel du Ngondo enlève sa propre fille.

 

2 – “Sango Malo” de Bassek Ba Kobhio (1991)

5-classiques-cinema-camerounais-lefilmcamerounais-13

Résumé : Non seulement Malo Malo, jeune instituteur libertaire révolutionne sa classe, mais il regroupe aussi les paysans au sein d’une coopérative. Tout cela n’est pas du goût du chef du village et des notables.

En pleine forêt équatoriale, le village de Lebamzip s’apprête à vivre une rentrée des classes ordinaire. Mais l’arrivée d’un nouveau maître d’école, Bernard Malo Malo, va provoquer des remous. Jeune homme libertaire fraîchement sorti de l’Ecole Normale des Instituteurs de Yaoundé, Malo Malo conçoit l’enseignement comme une ouverture sur le monde.

Avec ses élèves, il passe autant de temps en classe que dans les champs, abordant les sujets les plus tabous, de la politique à la sexualité. Ses méthodes ne plaisent guère au directeur de l’école et rendront inévitable l’affrontement entre les deux hommes.

 

3 – “Quartier Mozart” de Jean-Pierre Bekolo (1992)

naked-reality-jp-bekolo-lefilmcamerounais-1.jpg

Résumé : Une fillette répondant au nom de Chef de Quartier est, au goût de la sorcière Mam Thecla, un peu trop curieuse pour son âge. Celle-ci, pour la punir, décide de la transformer en jeune homme ; et c’est ainsi que commencent ses mésaventures. “Quartier Mozart” est une chronique urbaine de la vie moderne africaine, un hymne à la vie dans les quartiers d’Afrique.

QUARTIER MOZART (Jean Pierre Bekolo, 1992) from Spectacle Theater on Vimeo.

 

4 – “Paris à tout prix” de Joséphine Ndagnou (2007)

5-classiques-cinema-camerounais-lefilmcamerounais-9

Résumé : Suzy veut aller en France par tous les moyens. Elle est même prête à se prostituer dans l’espoir de lendemains meilleurs. L’atterrissage dans la capitale française sera rude : elle découvre l’Europe dans toute sa cruauté.

 

5 – “Mâh Saah Sah” de Daniel Kamwa (2008)

5-classiques-cinema-camerounais-lefilmcamerounias-19

Résumé : L’action se déroule en pays Bamoun, au Cameroun. Ncharé n’a que 16 ans à la mort de son père. Il est recueilli par son oncle Achirou et débarque alors dans un nouveau village où, dès son arrivée, il croise le regard d’une adolescente de 14 ans nommée Mapon. C’est le déclic de l’amour réciproque. Devenu adulte et sculpteur sur bronze, Ncharé veut mériter d’être le fiancé officiel de Mapon, mais une rumeur tenace laisse planer le doute sur sa circoncision. Il doit rivaliser avec les autres prétendants au cours du rituel périodique de la danse de séduction, sous les yeux témoins de tous les villageois et en présence de “Nji-Mâh’Nkam”, le Grand Dignitaire du village.

Peu de temps après la célébration de leurs fiançailles dans le respect des traditions locales, Nchoutpouen la mère de Mapon accouche de son 4ème enfant. Mais voilà que cet enfant tombe très vite malade, entraînant Moumpain le père à accepter le soutien financier d’un généreux homme d’affaires nommé Moluh. Ce dernier ne tarde pas à jeter son dévolu sur Mapon pour en faire sa 4ème épouse, devenant ainsi un inattendu rival pour Ncharé. Mapon se retrouve piégée dans une drôle de situation où son père, non content de renier sa parole donnée à Ncharé, tend désormais à la pousser dans les bras de Moluh qu’elle ne veut même pas rencontrer.

Elle obtient une tenue de palabres chez le Grand Dignitaire Nji-Mâh’Nkam pour tenter de faire entendre raison à son père. Mais dans le même temps le redoutable Moluh, par ailleurs Député du coin, cherche à écarter définitivement Ncharé en intriguant pour le faire emprisonner prétendument pour vol… A moins que ne se produise une surprise de dernière minute !