Tag Archives: thierry ntamack

SUCCÈS : Carton plein pour « Ne crains Rien, Je t’aime »

C’est un carton plein pour « Ne crains rien…, je t’aime », de Thierry Ntamack, qui a officiellement annoncé le 15 août dernier avoir dépassé les 10 000 spectateurs, et espère maintenant atteindre les 12 000.

« Ne crains rien… je t’aime » est un franc succès auprès du public. Selon son réalisateur Thierry Ntamack, le film aurait dépassé la barre des 10 000 spectateurs, et le nouvel objectif, revu à la hausse, serait dorénavant 12 000 tickets vendus.

Un engouement en salles qui s’explique par la qualité du film et la performance remarquée de Tatiana Matip (Angles de Léa Malle Frank Thierry), comme en témoignent les nombreux commentaires de spectateurs à l’issu de la projection.

Mais le succès du film est aussi le résultat de l’impressionnante campagne marketing et de communication menée par l’équipe du film, qui aurait, d’après certaines rumeurs, quasiment fait du porte-à-porte pour chercher les spectateurs.

Le film a déjà été projeté 8 fois, notamment au cinema l’Eden à Douala, mais aussi à Yaoundé Place Saint JOSUÉ à OMNISPORT, souvent en double projection ou deux jours successifs. Pourtant, certains se demandent s’il est mathématiquement possible d’atteindre les 10 000 spectateurs en additionnant toutes ces projections, même en faisant à chaque fois salle comble.

Chez LFC, on retiendra que « Ne crains rien… je t’aime » est un carton plein, qui prouve que les salles de Cinéma ont de l’avenir au Cameroun, ce que semble confirmer le succès du film « Shenanigans » réalisé par Salem Kedy et produit par Muriel Blanche ( Un Baiser pour deux de Dante Fox ).

N.M.

Advertisements

À L’AFFICHE : « Le serpent de Bronze », le dernier film de Thierry Ntamack

le-serpent-de-bronze-dernier-film-thierry-ntamack-lefilmcamerounais-1
© Picture from Thierry Ntamack Facebook account

Deux ans après « La Patrie d’abord », l’acteur et réalisateur Thierry Ntamack signe son grand retour avec le long métrage « Le serpent de Bronze », qui retrace le parcours du Dr Ben Faycal, médecin engagé et mort subitement en 2014 à Garoua, victime de la morsure d’un cobra.

L’acteur et réalisateur Thierry Ntamack est de retour avec “Le serpent de Bronze” un film inspiré de la vraie vie du docteur Ben Faycal, médecin dans un hôpital reculé de Garoua. Pour rendre hommage à ce médecin qui a fait primer la santé de ses patients sur toute autre considération , le réalisateur de « La Patrie d’abord » (2016) et « Le Blanc d’Eyenga 1» (2012) et « Le Blanc d’Eyenga 2 » (2014) a opté pour un casting de marque dont Gohou Michel, ainsi que Souke et Siriki des Bobodiouf.

Né en 1986 à Makabaye dans l’extrême Nord, le Dr Ben Faycal sera nommé en 2002, après son doctorat, en tant que Directeur de l’Hôpital du District de Poli dans la région du Nord. Très investi dans son travail, le Dr Faycal va alors entamer une transformation profonde de cet hôpital désuet et moribond pour en faire un véritable lieu de soins pour ses patients. Mais le 4 novembre 2014, victime de la morsure d’un cobra dont aucun hôpital des alentours ne possède l’antidote, il rendra l’âme.

dr-faycal-dernier-film-lefilmcamerounais-3

Le dernier film de Thierry Ntamack, qui joue le rôle principal du Dr Faycal est un éloge à ce médecin héroïque. C’est aussi son premier long-métrage à teneur historique, après « La Patrie d’abord », son premier essai de film de guerre.

M.N.