PEOPLE : Merveille et Grâce Essomè, complémentaires et distinctes

SO BE IT- lefilmcamerounais-4

Deux graines d’artistes. Révélées dans « G &M » de Rostand Wandja, Merveille et Grâce Essomé sont deux jeunes artistes pleins de talents qui avancent de pair, tout en affirmant des personnalités bien distinctes.

Un duo dans la vie comme à l’écran. C’est ensemble que les soeurs Merveille et Grâce Essomè tournent devant la caméra. Une première fois sous la direction de Rostand Wandja, qui a révélé les talents des deux jeunes filles dans « G &M » (2015), et plus récemment sous la responsabilité de Nabe-Daone, dans le court-métrage « So be it » (2016).

Dans l’un comme dans l’autre film, Merveille et Grâce Essomè y apparaissent complémentaires. Dans « G &M » , c’est grâce à leur intelligence mutuelle qu’elles parviennent, unies, à outrepasser la réticence de leur mère et réaliser leur envie de faire du théâtre. Tandis que dans  « So be it », bien qu’elles campent deux facettes opposées du personnage principal Adelore, celle du oui et non, du bien et du mal, elles n’en demeurent pas moins éminemment complémentaires. 

Pourtant Merveille et Grâce Essomè sont deux artistes bien distinctes. Dans « G & M », Merveille Essomè interprète de manière plutôt convaincante le rôle de la rebelle, presque têtue, tandis qu’elle jouera le côté plus moral du personnage principal de « So be it ». À l’inverse, Grâce, tout aussi rebelle, mais moins encline à désobéir dans « G & M », représentera le côté plus sombre et matérialiste d’Adelore.

Deux artistes, deux soeurs complémentaires certes, mais aussi bien distinctes dans leurs rôles d’actrices. À suivre…

M.N.

Advertisements