Tag Archives: biopic

INTERVIEW : CONSTANCE EJUMA , « L’ héroïsme du roi Rudolf devait être célébré »

Tandis que la levée de fonds pour le film « The German King » arrive bientôt à son terme, l’actrice Constance Ejuma, qui y interprètera un des personnages principaux a livré un entretien exclusif à LFC. [La version anglaise à la suite – English version following]

C’est un des rares projets qui met en avant l’histoire du Cameroun. «  The German King », le film en préparation de Adetokumboh McCormack a déjà levée 13 750 $ USA sur les 20 000 $ attendus. Constance Ejuma ( Black Panther 2018 ),  qui jouera la femme de Rudolf Douala Manga Bell s’exprime sur le projet.

LFC: Vous allez jouer le rôle d’Emily dans le prochain projet de film intitulé «The German King » aux côtés de l’acteur sierra-léonais Adetokumboh Frederick Mc Cormack. Mais qui était Rudolf Duala Manga Bell ?

Constance Ejuma: Rudolf Duala Manga Bell était un roi de Douala à l’époque du colonialisme allemand. Bien qu’ayant fait ses études en Allemagne, il a mené une résistance contre les Allemands lorsqu’ils ont tenté de lancer un projet d’urbanisation qui aurait essentiellement créé un système d’apartheid au Cameroun. Il a finalement été exécuté par les puissances coloniales et a depuis été reconnu comme l’un des tout premiers héros anti-coloniaux du Cameroun.

LFC: Pourquoi précisément le biopic de Rudolf Douala Manga Bell ?

Constance Ejuma: Pourquoi pas Rudolf Duala Manga Bell ? L’histoire africaine est riche en personnages qui ont transformés leurs nations mais dont les récits ont été oubliés ou effacés. Le roi Rudolf n’est que l’un de ces personnages. Le scénariste / réalisateur Adetokumboh McCormack a découvert cette histoire et a estimé que l’héroïsme du roi Rudolf devait être célébré.

LFC : Pensez-vous que « The German King » pourrait un jour devenir le «Lumumba» du Cameroun avec quelques décennies de différence ? 

Constance Ejuma : Oui. Il y a certainement des parallèles dans leur défiance contre l’oppression coloniale.

LFC: Est-ce que l’angle du film sera aussi politique que celui de Lumumba ou s’agira-t-il d’un film plus intimiste du personnage historique ?

Constance Ejuma : Un peu des deux. Le titre du film laisse deviner ses nuances politiques. En raison de son éducation allemande, Bell était sensé perpétuer l’agenda colonial. Mais lorsqu’il a reconnu le caractère oppressif du pouvoir colonial, il s’est rangé du côté de son peuple et a pris des mesures pour tenter de le protéger – non seulement en tendant la main à d’autres chefs camerounais, mais également aux dirigeants d’autres pays.

LFC: Qui était Emily et pourquoi avez-vous choisi de jouer ce rôle ?

Constance Ejuma : Emily Engome Dayas était la femme du roi Rudolf. J’ai choisi de jouer ce rôle parce que je veux apporter ma contribution pour mettre en lumière cette importante partie de notre histoire. En tant que Camerounaise, j’ai toujours eu pour objectif de faire découvrir notre histoire au reste du monde et c’est une occasion rêvée de le faire.

LFC: Au fait, avez-vous choisi ce rôle ou vous a-t-il été offert ?

Constance Ejuma : Il m’a été offert.

LFC: Vous avez lancé une collecte de fonds pour ce film. Mais pouvez-vous nous en dire plus sur l’équipe du projet ? Réalisateur, Scénariste, Lieux de tournage etc.?

Constance Ejuma : Le projet est dirigé par le scénariste / réalisateur / acteur Adetokumboh McCormack, qui jouera également le rôle principal. Le casting comprend un nombre d’acteurs incroyablement talentueux – parmi eux le camerounais, Jude Yong, qui jouera le rôle du roi Njoya. Comme il s’agit d’un court métrage, nous allons le tourner aux États-Unis, mais nous espérons pouvoir tourner un long métrage un jour au Cameroun.

LFC: De combien avez-vous besoin et pourquoi ?

Constance Ejuma: Nous souhaitons collecter 20 000 dollars pour couvrir les coûts de production. Les gens peuvent contribuer à notre campagne de financement participatif ici.

LFC: Avez-vous déjà défini un calendrier pour le début et la fin du tournage, la bande-annonce, la sortie éventuelle?

Constance Ejuma : Nous allons entrer en production très prochainement et nous espérons avoir un produit fini milieu de l’année prochaine. Vous pouvez également suivre nos progrès et obtenir des mises à jour sur nos plateformes de médias sociaux: facebook, twitter, Instagram.

inteerview-constance-ejuma-the-germanking-affiche-lefilmcamerounais

Traduit de l’anglais par la rédaction.


[English version]

INTERVIEW : CONSTANCE EJUMA , «  King Rudolf’s heroism needed to be celebrated »

While the fundraiser for the movie « The German King » is coming to an end, actress Constance Ejuma, who will perform one of the main characters, delivered an exclusive interview to LFC. [English version]

It is one of the rare projects that highlights the history of Cameroon. «  The German King », the film in preparation of Adetokumboh McCormack has already raised $ 13,750 USA on the $ 20,000 expected. Constance Ejuma ( Black Panther 2018) who will play the wife of Rudolf Douala Manga Bell speaks about the project.

LFC : You will play the role of Emily in the next movie project called « The german king » alongside Sierra Leonean actor Adetokumboh Frederick Mc Cormack. But who was Rudolf Douala Manga Bell ?

Constance Ejuma : Rudolf Duala Manga Bell was a Douala King at the time of German colonialism. Though he was educated in Germany, he launched a resistance against the Germans when they attempted to initiate an urbanization project which would have essentially created an apartheid system in the Cameroon. He was eventually executed by the colonial powers and has since been remembered as one of Cameroon’s earliest anti-colonial heroes.

LFC : Why precisely Rudolf Douala Manga Bell’s Biopic ?

Constance Ejuma : Why not Rudolf Duala Manga Bell? African history is rich with figures who transformed their nations but whose stories have either been forgotten or erased. King Rudolf is just one among many such figures. When writer/director Adetokumboh McCormack discovered this story, he felt that King Rudolf’s heroism needed to be celebrated.

LFC : Do you think that « The German King » could one day become the « Lumumba » of Cameroon to a few decades of difference? ( laugh)

Constance Ejuma : I do. There are certainly parallels in their defiance against colonial oppression.

LFC : Will the film’s angle be as political as Lumumba’s, or will it be a more intimate movie of the historical character?

Constance Ejuma : A bit of both. The title of film gives away it’s political undertones. Because of his German education, Bell was expected to push forward the colonial agenda. But when he recognized the oppressive nature of colonial rule, he sided with his people and took steps to try and protect them – not only reaching out to other Cameroonian chiefs but to leaders of other countries as well.

LFC : Who was Emily and why have you chosen to play this role ? 

Constance Ejuma : Emily Engome Dayas was King Rudolf’s wife. I chose to play the role because I want to do my part in bringing this important story to life. As a Cameroonian, it’s always been my goal to share our stories with the world and this is a dream opportunity to accomplish just that.

LFC : By the way, did you choose this role or was it offered to you?

Constance Ejuma : It was offered to me.

LFC : You have launched a fundraiser for this film. But can you tell us more about the project team? Director, Writer, Filming locations etc?

Constance Ejuma : The project is being helmed by writer/director/actor Adetokumboh McCormack who will also play the lead role. The cast includes a number of incredibly talented actors – among them fellow Cameroonian, Jude Yong, who will play the role of King Njoya. As this is a short film, we are going to shoot it in the USA but we are hopeful that someday we will shoot a feature on location in Cameroon.

LFC : How much do you need, and for what ?

Constance Ejuma : We would like to raise $20,000 to cover the cost of production. People can contribute to our crowdfunding campaign here.

LFC : Have you already set a schedule for the start and end of filming, the trailer, the eventual release?

Constance Ejuma : We will be heading into production very soon and are looking to have a finished product in the middle of next year. You can also follow our progress and get updates on our social media platforms : facebook, twitter, Instagram.

inteerview-constance-ejuma-the-germanking-affiche-lefilmcamerounais

M.N.

Advertisements

BIOPIC : 5 figures du Cameroun qui mériteraient un film

Il serait temps que les Cinéastes songent à raconter l’histoire de figures qui ont marquées le Cameroun et les Camerounais ! Du moins, c’est la conviction que nous avons chez Le Film Camerounais, car l’éducation et le devoir de mémoire passe aussi par le Cinéma.

Ceci n’est ni une liste exhaustive, ni un classement de quel ordre que ce soit des personnalités dont nous pensons mériteraient un biopic* au Cameroun. Chacun d’eux a su marquer le peuple camerounais par ses actions, ses convictions et même par les mystères qui planent autour de leurs disparitions parfois soudaines.

Retour sur cinq figures qui chez Le Film Camerounais, nous interpelle et nous donne envie de voir se partager le temps d’un film, l’histoire de ces vies et parcours parfois incroyables …

Jeanne Irène Biya 

ces-figures-qui-meritent-un-biopic-lefilmcamerounais-4

Première épouse du Président Paul Biya (avec qui elle a eu un fils, Franck Emmanuel Biya) décédée en juillet 1992 à l’âge de 57 ans, Jeanne Irène est la soeur ainée du ministre Robert Nkili (du Travail entre 2002 et 2011 et des Transports depuis 2011) et la tante de Louis-Paul Motaze, secrétaire général des services du Premier ministre. De son vivant, elle a mené plusieurs actions humanitaires et de bienfaisance. Une superstition et beaucoup de mystère plane jusqu’aujourd’hui autour de sa disparition qui a été soudaine : elle serait mystique et donc tout sauf ordinaire.

* Duala Manga Bell 

ces-figures-qui-meritent-un-biopic-lefilmcamerounais-1

Héritier du trône de la dynastie Bell (fondée en 1792) à la mort de son Père, Rudolf Duala Manga Bell s’est opposé au projet du gouverneur allemand Théodore Seitz qui était de transformer la ville de Douala en ville exclusivement réservée aux Allemands. Il s’est alors allié à plusieurs chefs d’autres villes du pays pour faire barrage à ce projet qui excluait les autochtones. Au courant de la mutinerie, les Allemands l’ont arrêté un 10 mai 1914, l’accusant d’haute trahison, puis l’ont exécuté par pendaison le 8 août 1914 dans sa ville natale.

* Ahmadou Ahidjo 

ces-figures-qui-meritent-un-biopic-lefilmcamerounais-3

Premier Président de la République du Cameroun, il a tenu pendant plusieurs années le pays d’une main de fer. En 1966, malgré l’opposition du Parti des Démocrates Camerounais, il fonde un parti unique : l’Union Nationale Camerounaise (UNC). Elu en 1960, il quitte le pouvoir de façon inattendue et cède sa place à son successeur constitutionnel, l’actuel Président de la République son excellence Paul Biya le 4 novembre 1982, officiellement pour raisons de santé. Des conflits internes l’amène également à sortir de l’UNC. Dans l’opinion publique, Ahmadou Ahidjo, “ça passe ou ça casse”. Mort le 30 novembre 1989, il est enterré au Sénégal où il s’était exilé avec sa femme Germaine, qui se bat pour que le cercueil de son mari retourne au Cameroun.

* Ruben Um Nyobé 

ces-figures-qui-meritent-un-biopic-lefilmcamerounais-2

Surnommé Mpodol qui signifie “Porte-Parole”, il est la première personnalité politique à revendiquer l’indépendance du Cameroun et l’unification des parties orientale (sous tutelle française) et occidentale (sous tutelle anglaise). Ceci fait de lui la figure par excellence de la lutte pour l’indépendance au Cameroun. Membre de l’UPC (Union des Populations du Cameroun), le parti devient illégal lorsque Ahmadou Ahidjo alors Président de la République proclame le parti unique. Ruben Um Nyobé se bat alors avec ses compères avec qui il rejoint les maquis, exerçant ainsi dans la clandestinité jusqu’au jour où une opportunité s’offre à eux pour que le parti redevienne légal. Les négociations n’aboutissent cependant pas et Um Nyobé est exécuté le 15 janvier 1971 par l’armée camerounaise, avec l’assistance et l’appuie de l’armée française. Il a été officiellement proclamé Héros national par l’Assemblée nationale du Cameroun le 27 juin 1991.

Françoise Foning 

ces-figures-qui-meritent-un-biopic-lefilmcamerounais-5

Fervente militante du RDPC (Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais), parti politique du gouvernement en place au Cameroun, Françoise Foning était l’une des femmes d’affaires les plus influentes du pays. Maire de Douala 5ème, elle a été Vice-présidente exécutive de la table ronde des Hommes d’Affaires Africains, Présidente du Regroupement des Femmes d’Affaires du Cameroun, Présidente du Réseau Africain pour l’Entreprenariat Féminin, Vice-présidente internationale pour le Forum Francophone des Affaires et Présidente de l’Ong “femmes chefs d’entreprise mondiales”. Populaire auprès des Camerounais, elle est connue pour sa phrase “La vie c’est la bastonnade“, aujourd’hui devenue un véritable leitmotiv de nombreux jeunes entrepreneurs ou tout simplement toutes personnes désirant s’en sortir. Décédée lors d’un accident de voiture le 23 janvier 2015 à Yaoundé, elle laisse comme un grand vide derrière elle dans le paysage politique local.