Tag Archives: hortavie mpondo

HOT NEWS : Les actrices  2018 les plus glamour

Lucie-memba-bos-actrices-2018-glamours-lefilmcamerounais-4

Elles sont belles, ont du style, et beaucoup de charme. Après les 7 acteurs les plus sexy, la rédaction vous propose une liste des 7 actrices 2018 les plus glamour du 237 Land. Une liste non exhaustive pour vous messieurs.

Elle cumule beauté, talent et génie créatif. Lucie Memba Bos est une vraie fée des temps modernes qui concilie vies professionnelles (oui, vous avez bien lu, au pluriel) et sensualité débordante. L’actrice de « Le Blanc d’Eyenga 2 » (Thierry Ntamack, ) et « La Patrie d’Abord » (Thierry Ntamack,)est également styliste de sa propre marque de vêtement La fée Lucie. On ne peut qu’admirer le résultat.

 

Tout aussi gorgious, et pas moins active, l’actrice (« A man for the week-end » et « Little Cindy ») et productrice de BLUE RAIN ENTERTAINTMENT Syndy Emade figure logiquement dans ce top seven des actrices les plus glamours. Enceinte, et même juste après l’accouchement, l’ancien mannequin n’a pas perdu de son attrait et sex appeal, comme en témoignent les photos. Une actrice et dorénavant jeune maman toujours aussi sexy et attrayante.

 

Pour Céline Victoria Fotso, glamour rime avec élégance. Comme quoi, on peut être hot (péppè) spicy et rester distingué. Une équation que l’actrice de « W.A.K.A » et « Kuntak » (Françoise Ellong) parvient à résoudre sans difficulté. En matière de mode, la fondatrice de « Je Wanda Magazine » n’a décidément de leçon à recevoir de personne. Elle maîtrise aussi bien son image glamour que son web magazine. Chapeau.

 

Hortavie Mpondo. La mannequin et égérie de la marque de cosmétique Bold MakeUp a joué le personnage d’Amanda, la soeur de Cynthia Elizabeth dans « Le Coeur d’Adzaï », co-réalisé par Stéphane Jung et Sergio Marcello, ainsi que dans « Elles », le dernier film de Thierry Kamdem où elle campe le personnage principal. Hortavie Mpondo incarne aussi la nouvelle génération d’actrice jeune, jolie, attractive, bref glamour à souhait. La preuve en image.

 

Elle a été sacrée meilleure actrice aux Ecrans Noirs 2016 et au CAMIFF 2017. Et contrairement à son rôle de jeune fille discrète et très sage dans Rebel Pilgrim, Laura Onyama est une des artistes camerounaises les plus tendance et les plus mode du moment. L’actrice de « Ward Zee (Deplhine Itambi) est aussi douée dans son jeu d’actrice que pour le choix de ses tenues vestimentaires, toujours chics et glamours. On valide!

 

La LFC team l’a récemment découverte et introduite auprès des LFCinéphiles. Françoise A Kané a tapé dans l’oeil pour deux raisons : son jeu d’actrice et son charme qui ne passe pas inaperçu. L’actrice principale du film « Orly » (2017) de Francis TENE K, où elle campe le rôle d’une prostituée, aux côtés de Axel Abessolo, est aussi une talentueuse chanteuse de pop alternatif / africain. Une artiste qui a bien mérité sa place dans ce top 7 2018 des actrices les plus glamours.

 

C’est une des têtes d’affiche de « Ward Zee » de Delphine Itambi. Ndamo Damarise appartient à cette catégorie de femme que l’on décrirait comme charismatique. Elle ne manque ni de charme, ni de prestance, ni de caractère. En sommes, une femme forte bien dans ses baskets et qui s’assume entièrement. Incontestablement, Ndamo Damarise est une femme glamour, qui de surcroît, en impose.

 

La Team LFC aurait pu ajouter dans la liste Gobina Charlotte, Nsang B Dilong, Andy Allo, Christa Eka Assam et son style si unique qu’elle en devient des plus glamour. Bref, un top 7 très sélectif et la rédaction en a conscience, très imparfait. Et vous très chers LFCinéphile, quel aurait été votre classement ?

M.N.

Advertisements

INTERVIEW : THIERRY KAMDEM dénonce les violences familiales dans « Elles », son dernier film

Elles 4

« Elles », le dernier film de Thierry Kamdem produit par la maison de production PSC Prod, où Hortavie Mpondo campe le premier rôle est un film engagé contre les violences conjugales, et les faux semblants sociaux. Le film est prévu pour décembre. Interview exclusive du réalisateur.

Le réalisateur Thierry Kamdem a accordé un entretien exclusif à la rédaction autour de son dernier film « Elles », dans lequel joue Hortavie Mpondo. Il a aussi dévoilé en exclusivité des images inédites, ainsi que la Bande d’annonce du film.

LFC : De quoi parle « Elles » ?

Thierry Kamdem : « Elles » raconte l’histoire d’une famille dont le père, n’ayant pas eu de garçon, torture toute la famille. La maman a déjà accepté ce rythme de vie, la fille aînée se pose des questions, et la plus jeune ne l’accepte pas. SYNOPSIS : Le chef Yaki est un homme imbu de lui-même, violent envers sa famille et très jaloux de ses privilèges et de son rang social. Sa fille aînée Samira, vient lui annoncer qu’elle va épouser un cuisinier.

« Elles » décline les différentes formes de violence auxquelles sont confrontées certaines femmes et enfants au quotidien dans les foyers en Afrique. L’histoire essaie de lever un pan de voile sur le déni qui entoure cette pratique et préserve l’impunité des auteurs de ces violences. La durée du film est de 16 minutes.

LFC : Pourquoi avez-vous décidé d’aborder le sujet?

Thierry Kamdem : Il y a quelques années, dans mon quartier, un homme a passé le visage de son épouse au fer à repasser. Sans l’intervention des voisins, il l’aurait probablement tuée. Mais le plus étrange c’est que, à la police, elle a déclaré être tombée et s’être brulée. À sa sortie d’hôpital, elle est retournée dans son foyer. Interrogée, elle a répondu que c’était pour le bien de leurs enfants qu’elle subissait tout cela.

Cette histoire n’est qu’une parmi tant d’autres en Afrique. Après avoir subi les sévices les plus atroces, les femmes ont des raisons bien affutées pour rester à la merci de leurs bourreaux comme : « Je n’ai personne, ou vais-je aller ? Je reste pour mes enfants, que vont-ils devenir sans moi ? C’est sa manière à lui de me montrer qu’il m’aime, etc ».

Cette réalité est illustrée par l’histoire du Chef Yaki, un homme à deux visages qui dissimule sous une réussite sociale irréprochable et enviée, un père et époux exécrable et misogyne.

Pour se faire respecter et asseoir son autorité, le chef Yaki n’hésite pas à user des violences physique, psychologique, verbale, sexuelle et économique pour soumettre sa femme et ses filles.

LFC : Comment s’est déroulé le tournage du film?

Thierry Kamdem : La maison de production PSC prod, avec à sa tête la directrice Geraldine Ingondo, a tout mis en place pour que le tournage se passe très bien. Il y avait plus de 15 postes visibles, c’était une première à Douala de faire une production avec autant de techniciens tous résidents de la ville, un important matériel et une grande préparation avec des comédiens très professionnels, dont Hortavie Mpondo dans le rôle principal, Justin Feussi dans le rôle du père, Marie Nonga dans celui de la mère et la jeune Naomie Simo. Je tiens à mentionner que je prépare ce projet depuis 2015.

LFC : Quelles sont les prochaines étapes?

Thierry Kamdem : Notre premier but était de montrer que nous pouvions faire de très bons films au Cameroun avec le matériel local. Notre prochaine étape est de soumettre le film à des compétitions.

M.N.